Vaulevrier

Sa toponymie : deux origines et significations nous sont proposées :

1) “Vau vient de val, vallis, et indique que le lieu se trouve situé dans une vallée, soit encore qu’il domine un coteau où le terrain s’abaisse et où l’eau s’écoule dans le vallon”

“Les noms de vau sont accolés à quantité de noms dont le second terme achève leur signification. Vaulevrier exprime une montée ou la descente d’un vallon qui vous entraîne courir comme un lièvre d’où en Vaulevrier, on a : vallon propre qu’aux pattes de lièvre”.

ou

2) ruisseau fluet serpentant (“qui vrille”) dans le vallon (vau).

Il est fait mention d’un moulin à vent en 1566 à Vaulevrier.

Une précieuse source, attestée en 1563, qui n’a jamais tari, a alimenté habitants et animaux jusqu’à l’installation de l’eau potable.

Elle s’écoule dans la mare voisine. Cette source fut un important sujet de préoccupation pour les habitants de ce hameau. En effet, l’exploitation de la mine de lignite par Adolphe d’Eichtal avait amené la réalisation de fouilles et du lignite fut découvert. “On ne sait si le lignite reconnu en 1849 par puits à Vaulevrier appartient au même gisement qu’à la “Fontaine des Brins” (hameau de la Mine).

Le 2 avril 1852, une réclamation est notifiée par les habitants dc Vaulevricr à la mairie de Dixmont. Ils décIarent “s’opposer à ce qu’aucun travail de fouille ne soit fait autour de leur fontaine, sise au milieu du hameau.. vu que les eaux qui sont très limpides sont pour ce hameau d’une utilité incontestable et que rien ne pourrait remplacer”.

En 1861, Vaulevrier comptait 50 habitants.

Cette source servait non seulement à Vaulevrier, mais aussi aux villages voisins Grange Bertin et la Borde à la Gousse.

En 1891, le puits de recherche qui menaçait, en s’effondrant, la source voisine, fut bouché.

Un petit bâtiment a été édifié en 1933 afin de protéger cette fontaine.

Il a existé une épicerie dans ce hameau..